Session golf urbex

Ça y est est, c’est les vacances!! Entre les virées à la mer et les séjours chez les copains à droite à gauche on a réussi à se faire une petite session urbex en plein mois de juillet. Voici une petite vidéos sur la pause golf en milieu de session ;) Les photos sont ici. Bonnes vacances à tous!

Get the Flash Player to see this player.

Juillet 2009 - Télécharger la vidéo (format FLV, 15.3 Mo)
Musique : Classics One, Gigi Galaxy-Bim Bo, Nova Tunes

La photo du générique provient de la galerie de pom². Je vous invite chaudement à aller voir ses clichés si vous êtes actuellement au travail alors que tout le monde est en vacances!


Commentaires

1. PomPom lundi 17 août 2009

Et mon droit à l'image alors ? C'est scandaleux.

2. rachid mercredi 26 août 2009

Ahaha ça claque mec :-)

Alors, ta réussi a enflammer les balles ? Faut que tu nous montre ça :-)

Toujours aussi con a ce que je vois :-)

3. clairette jeudi 27 août 2009

Salut l'homme au chapeau! Je suis contente de voir que tu fait toujours n'importe quoi! Je te rappelle que t'es sensé venir me voir avant la fin de l'année! Bon je te fait plein de bisoux et les autres aussi!

4. Surkrut dimanche 13 septembre 2009

Et voila, quelques fenetres en moins. J'imagine qu'on peut rien faire contre. Le plus important c'est de s'amuser, hein ...
Bien sur, c'est pas grand chose. Et c'est même rigolo à regarder.
De toutes façon, ça fait 20 ans que les gens considèrent cet endroit comme un centre de loisirs sans surveillance ( paintball, defoullement par destruction, ect... ). C'est ce qui lui donne aujourd'hui son coté " vidé de tout souvenir".
Belles photos. Dommage ...

5. webmaster mardi 15 septembre 2009

Ne soit pas si ironique surkrut, ce lieu est aussi magnifique par ce que les gens en font. Ce ne redeviendra surement jamais plus un laverie de charbon, et si le bâtiment devait être réhabilité ce serait pour accueillir des bureaux, servir de lieu d'entrainement pour le GIGN ou bien devenir un musée dont l'accès serait payant. Quelques bris de verre c'est malheureux je suis d'accord, mais les moments de libertés qu'on a passé sur le toit sont vraiment inoubliables..

Et puis si toi et moi on fait ce genre de photo, c'est pour que ces lieux ne tombent pas dans l'oubli mais on ne peut pas lutter contre la dégradation, c'est l'oeuvre du temps avant d'être celle des pillards et autres sagouins qui détruisent tout ce qui tient encore un peu debout. Surtout que cela aurait été grandiose de pouvoir trouver encore quelques machines ou des étagéres encore debout pour nous raconter un peu comment la vie était ici... Oui je suis d'accord avec toi, c'est dommage..

De mon coté je compte faire une petite BD sur nos excursions dans la laverie où j'espère pouvoir commémorer un peu le souvenir des gens qui y ont travaillé en racontant les quelques bribes d'histoire que j'ai pu collecter sur le lieu. Si d'ailleurs tu a des idées ou des informations sur le fonctionnement de ce genre de laverie, je suis preneur!!

Il faut être content que ce soit un lieu abandonné et encore plus content si les gens peuvent faire là ce qu'ils n'ont pas le droit de faire ailleurs...

Non, ne soit pas si triste surkrut...

6. Surkrut mercredi 16 septembre 2009

Perso, j'aime bien appliquer la devise des américains sur le genre de pratique qu'on partage ( car apparament, tu as deja croisé mes photos, je me demande bien comment ... ). "Ne prendre rien d'autre que des photos, ne laisser rien d'autre que des traces de pas".
C'est une sorte d'éthique, que personellement je m'impose, pour deux raisons ;

1/ Le respect du lieu.
Les gens qui y ont travaillé, on en rencontre souvent sur ce lieu les dimanches, sont des gens pour qui cette industrie et celle du charbon en general, etait un véritable sacerdoce. Leurs parents et grands parents y travaillaient, tout comme eux, et ce batiment que j'aime comparer à un monstre devoreur de vie, leur impose un respect qui peut, si on veut, etre comparable à celui qu'éprouve le marin face la mer. C'etait dur, ça brisait leur vie, mais il fallait le faire et c'est eux qui l'ont fait. Que penser quand on rencontre uns des ouvriers qui à participé à la construction des convoyeurs à charbon ( les deux ponts qui vont vers le batiment en U ) constater avec tristesse qu'ils subissent des assaults tout autre que celui de la pluie et du vent ? C'est peut etre une vision nostalgique ( en partie peut etre parce que je viens d'un endroit où la mine etait un des seuls "salut" à l'époque ), c'est certain qu'il ne sera jamais réabilité, qu'on ne peut rien faire contre la destruction gratuite mais je refuse d'y participer, seul la nature ou ceux qui l'ont vécu ont un droit de regard sur cela, c'est ma manière de voir, celle qui colle le plus avec ce que je rescend dans ces endroits.

2/La loi.
Quand on penetre dans un endroit comme celui çi, on est forcement hors la loi. Il ne faut pas penser que cet endroit n'appartient à personne. Et la personne en question n'est pas très contente que des gens se baladent dedans, les assurances encore moins ... Le fait de crée une destruction pose un discrédit immédiat sur notre pratique. Quelle est la chose qui nous différencie des casseurs, recupérateurs, graffeur ou branleur en manque de sensations fortes ? Le fait que l'on alterre en rien un endroit. C'est en effet un espace de liberté. Pourquoi vouloir alors s'enchainer à ses pulsions les plus primitives de destruction. On peut justement y faire quelque choses de plus libérateur encore, laisser trainer son imagination dans ces terrains presque vierge de sens tant ils nous renvoyent une image que la sociète n'acsepte pas.

Voila, c'est clair que ça ressemble à une leçon de morale. Pourtant le coeur n'y est pas. Je ne peux pas vous reprocher ce que des milliers d'autres font en bien pire. Mais pour moi, je me confronte ici à une véritable incomprehention. Ta démarche est très proche de la mienne, elle part du même besoin. C'est pour ça que j'ai beaucoup de mal à le caussionner, encore plus sur une vidéo qui pourrait faire l'apologie de la destruction en friche. Il ne faut pas sousestimer le pouvoir d'un média comme internet. J'en sais quelque chose, mes endroits les plus preservés, car ils en existent vierge depuis des dizaines d'années de tout passage humain, je les garde pour moi.

Pour ne pas finir sur une remarque négative. Je trouve que ton projet de BD est une très bonne idée. Originale et sans doute le plus à même à rendre une mémoire à ce lieu. La reconstitution inerte du fonctionnement du lavoir est des plus compliqués depuis que les machines ont disparus. Ce que je sais, c'est que c'était une des plus grande usines de ce type en france avec pres d'un milliers d'ouvrier, ils conditionnaient non seulement le charbon pour le transport ( briquettes, ect ... ) mais en fesaient aussi des mines de crayons. Le charbon provenait non seulement du puit de la découverte tout proche ( je te conseille d'aller faire un tour dans leur "centre de loisirs" bidon, ils ont gardé les immenses excavatrices qui recoltaient le minérai ) mais aussi des charbonnages d'Ales et même du Nord de la France.
Petite question, est tu sur un des forums dedié à notre pratique ?
Voila, en esperant ne pas trop avoir fait mon rabat-joie.

7. frank black mercredi 16 septembre 2009

Je vois pas trop l'intérêt de ce jeu et surtout de mettre cette vidéo sur internet! Mais chouettes photos!

8. le webmaster vendredi 9 octobre 2009

Dsl pour la réponse tardive.

Surkrut : tu est joignable autrement que par netlog ?

frank black : c'est le plaisir de jouer au golf en pleine nature et de voir où tombe la balle; mais bon moi je comprends pas l'intérêt du curling par exemple :p


About the Author

Ted Marklor est un web designer, un web developer et un génie de la nature. Transcendant le web depuis bientôt 15 ans, Ted est une source d’inspiration et de conseil pour toute une génération de jeunes programmeurs. Le Web 2.0, c’est lui. Dans la vie, il aime aussi faire des avions en papier, s’inventer des pseudonymes et une vie de winner, et surtout parler de lui à la troisième personne. Ça se fait en ce moment sur les blogs…


Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.