[BD] Le Scanner

Pour la bande dessinée, le scanner permet de numériser les feuillets encrés afin d'une part de garder une sauvegarde de cette étape, et d'autre part de pouvoir travailler la coloration sur des copies. Le choix du scanner et son utilisation est un point essentiel pour réaliser de belles planches de bonnes qualités.

scanner-final.jpg

Le choix du scanner


scanner.jpg Aujourd'hui (2010) les scanner ne coûtent quasiment plus rien. Il est très simple de trouver dans le commerce des produits de bonnes qualités sans avoir à débourser toutes ses économies. Par contre, la tendance aujourd'hui des ménages est d'acheter des combinés scanner/imprimantes, qui sont très pratiques et d'un faible encombrement, mais qui ne sont ni de bons scanners ni de bonnes imprimantes.

Le choix d'un bon scanner repose essentiellement sur trois : le format (A4, A3 ou un scanner rotatif), la résolution (dite "de balayage"), et le prix.

Concernant le format, un scanner A4 est le minimum. Oubliez les scanners spécialisés pour les formats photo comme le 10x15, le format pellicule (négatifs) ou même le moyen format. Un scanner A3 peut-être très utile pour la bande dessinée car il est souvent recommandé de travailler sur un format au moins deux fois supérieur que le format de destination (par exemple, du A3 pour une BD A4.) Quand aux scanners rotatifs, ils permettent de numériser une grande variété de formats mais ils sont beaucoup trop cher alors oublions ça.

Ensuite, la question de la résolution. Sur les sites Internet, vous trouverez communément les termes "balayage", "résolution" ou bien encore "définition". Il y a une chose importante à savoir concernant la résolution d'un scanner : il y a deux types de résolution, la résolution optique (effective ou native) et la résolution interpolée (interpolation numérique.) La résolution dite interpolée est issue d'une opération mathématique, qui permet de créer une image haute résolution à partir d'une image de moindre résolution. Pour plus de détails, voyez la page Interpolation numérique de Wikipédia. Sachez néanmoins que cette opération permet de tricher sur la résolution effective du scanner. Certains fabricants n'hésitent pas à exagérer la résolution de leurs produits en indiquant la résolution interpolée dans les caractéristiques. Il faut toujours se baser sur la résolution optique, ou sans interpolation. Un scanner acceptable doit avoir AU MINIMUM 1200 x 2400 dpi. Un bon scanner se situe vers 4800 x 4800 dpi ou plus.

Enfin le prix, dernier critère, mais là c'est à vous de voir! Personnellement, il faut compter au moins 400 € pour un bon scanner, mais pour commencer un scanner plus basique peut très bien faire l'affaire !

Une petite précision pour finir : bien que la marque du scanner ne soit pas un critère, j'aurai une nette préférence à choisir un appareil produit par une marque ayant une certaine expérience dans le domaine et depuis un certain temps, comme EPSON, FUJITSU, FUJI, AGFA ou encore SCITEX.

Le bon document


Avant de commencer à scanner, il est préférable d'avoir un document présentant certaines qualités :

  • utiliser du papier BLANC bien propre et non corné,
  • utiliser un stylo encre noir (non feutre si possible), pour avoir le tracé le plus précis et propre possible,
  • gommer toutes traces de crayonné.

Configuration du scanner


Il est recommandé d'utiliser un logiciel de traitement d'image comme GIMP (open source) ou Adobe Photoshop, qui permet d'utiliser le scanner directement avec le logiciel (pilote/driver) fourni par le constructeur via l'interface TWAIN et de traiter l'image numérisée.

Les exemples suivants sont réalisés avec ma configuration : un scanner EPSON avec Adobe Photoshop CS 4.

Pour utiliser le pilote TWAIN de votre scanner sous Photoshop, utilisez le menu Fichier > Importation > Le nom de votre scanner (avec TWAIN)

pilote-scanner.jpg

  1. Passez en mode Professionnel pour débloquer tous les réglages du scanner.
  2. Utilisez le mode Gris pour ce genre de numérisation, et utilisez une résolution confortable.
  3. Les pilotes fournis avec les scanners proposent souvent plusieurs options de post-traitement de l'image comme les niveaux, le contraste/saturation ou bien des options de détramage. Nous verrons ces possibilités de traitement plus tard.

Ensuite, lancez la numérisation. Plus c'est long, plus c'est bon :-)

Traitement de l'image pour un crayonné

Ensuite, il faut fermer le pilote du scanner pour terminer d'importer le document numérisé dans Photoshop. A partir de maintenant, les choses se corsent. L'objectif de la numérisation à cette étape est d'obtenir un document en noir et blanc uniquement, où le trait du stylo se détache parfaitement du fond blanc de la feuille. Dons nous allons faire face à plusieurs problèmes :

  1. Transformer le "blanc" (qui souvent est reconnu par le scanner comme des nuances de gris, ou de la couleur du papier) en vrai BLANC,
  2. Transformer le "noir" (qui lui est souvent du gris foncé avec parfois des petites tâches blanches dues aux irrégularités du trait du stylo) en vrai NOIR.
  3. Supprimer les traces de poussières ou d'irrégularités du papier.

Voici l'image numérisée à la sortie du scanner

scanner-raw.jpg

Comme prévu, l'image comporte plusieurs défauts :

scanner-detail1.jpg
Des traces de gommage alors que l'encre n'était pas parfaitement sèche.
scanner-detail2.jpg
Le noir n'est pas noir et le blanc n'est pas blanc.
scanner-detail3.jpg
Les tracés ne sont pas bien nets et on voit des poussières.

Phase 1 : modifier rapidement les NIVEAUX

Ouvrir l'outil niveaux dans Photoshop grâce au menu Image > Réglages > Niveaux... ou utiliser le raccourci clavier Ctrl+L. Il s'agit de faire un premier passage pour augmenter le contraste.

scanner-niveaux1.jpg

Décaler les deux repères des niveaux d'entrée : celui de gauche permet de renforcer les noirs en le décalant vers la droite, et celui de droite permet d'éclaircir les blancs en le décalant vers la gauche. Remarques que le repère de droite est décalé approximativement à l'emplacement où la courbe amorce ça "chute" vers la gauche.

scanner-niveaux2.jpg

Phase 2 : filtre Antipoussière

Maintenant l'image est un peu plus propre, notamment sur le blanc. Nous allons maintenant utiliser le filtre antipoussière de Photoshop. Pour cela, utilisez le menu Filtre > Bruit > Antipoussière.

scanner-antipoussire.jpg

Un rayon de 1 ou 2 devrait suffire, et un seuil de 0. Eviter de monter trop le rayon ce qui peut abimer les détails de l'image.

Phase 3 : alignement des NIVEAUX

Maintenant, la dernière étape consiste à repasser une couche avec l'outil niveaux pour terminer le traitement. Commencez par jouer avec le repère de droite (hautes lumières) pour obtenir du blanc partout. N'essayez pas d'obtenir du blanc sur les traces de gommage ou sur les autres défauts car vous pourriez supprimer des détails dans l'image.

Ensuite, appliquer l'outil niveaux avant de l'ouvrir à nouveau.

Maintenant jouez avec le repère de gauche (basses lumières) pour ajuster les tons sombres et ainsi obtenir un noir parfait, notamment sur les tracés. Le repère du milieu permet lui de modifier les niveaux des tons "moyens" de l'image, il va vous permettre de rééquilibrer les "couleurs" globales de l'image, et ainsi obtenir le résultat attendu. N'hésitez pas à réaliser cette opération en plusieurs passes. Attention à ne pas trop forcer sur le repère de gauche au risque de voir les tracés s'élargir, ni avec le repère de droite au risque de voir les tracés se creuser.

Normalement, à cette étape, vous devriez obtenir une image en VRAI noir et blanc!


scanner-treated.jpg

S'il reste des derniers artefacts (tâches, poussières, traces de gommage), vous allez devoir utiliser le pinceau pour finaliser le boulot :-(

Enregistrement de l'image

Surtout, enregistrer l'image dans un format non-destructif (sans compression à perte) comme le PNG, et surtout pas en JPEG.

Voilà, c'est terminé ! Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter bon courage ! Si vous avez vous aussi votre propre technique et que vous souhaitez la partager n'hésitez pas à déposer un commentaire !


Commentaires

1. MARCHELIN JEAN vendredi 29 juillet 2011

Plein de bon conseils!

merci pour votre site

2. dorak mercredi 11 juillet 2012

Salut!
Merci pour ses bon conseils, j'ai envi de me lancer dans une petite bd qui raconte l'histoire de ma fille et je pense que je vais pas trop mal m'en tirer avec ça!
Bonne continuation


About the Author

Ted Marklor est un web designer, un web developer et un génie de la nature. Transcendant le web depuis bientôt 15 ans, Ted est une source d’inspiration et de conseil pour toute une génération de jeunes programmeurs. Le Web 2.0, c’est lui. Dans la vie, il aime aussi faire des avions en papier, s’inventer des pseudonymes et une vie de winner, et surtout parler de lui à la troisième personne. Ça se fait en ce moment sur les blogs…


Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.